(Temps de lecture : 2min)

En janvier 2015, Facebook a lancé la bêta d’une déclinaison professionnelle de son réseau social. Le service aurait dû être rendu public fin 2015 : visiblement en retard, l’entreprise a déclaré à The Business Insider que le lancement était prévu pour « très bientôt »… donnant le temps à ses concurrents d’organiser la riposte.

Le lundi 13 juin 2016, Microsoft annonce le rachat de LinkedIn, premier réseau social professionnel dans le monde, pour 26,2 milliards de dollars. Une somme inattendue et généreuse (supérieure de 50% au coût de clôture du vendredi précédent) qui en a surpris plus d’un. Avec un tel investissement, la multinationale américaine prévoit sans doute de faire bouger les choses avec de nouvelles fonctionnalités… et peut-être concurrencer à terme Facebook at Work.

Facebook at Work, qu’est-ce que c’est ?


Facebook at Work, ou FB@Work, est déjà utilisé en interne par l’entreprise américaine depuis des années : un moyen économique et pratique pour tester et peaufiner son fonctionnement. On y retrouve les fonctionnalités classiques de Facebook : profils des collaborateurs, création de groupes (secrets ou visibles, fermés ou ouverts) pour gérer des projets, partage de photos ou de vidéos ou encore messagerie instantanée. Cette dernière fonctionnalité le pose en concurrent direct des messageries instantanées utilisées en entreprises telles que Slack. Mais son principal avantage reste son immense communauté (1,71 milliards d’utilisateurs) déjà familiarisée avec cet outil, et avec laquelle les utilisateurs de FB@Work pourront sans doute communiquer facilement et rapidement, que ce soit des clients, des partenaires ou des fournisseurs.

D’après le groupe, 60 000 entreprises ont été placées sur liste d’attente pour pouvoir tester la solution, et 450 entreprises ont eu accès à la version bêta.

Facebook plancherait par ailleurs sur la possibilité d'intégrer Office 365 à Facebook @ Work. Le groupe de Mark Zuckerberg a en effet annoncé officiellement avoir déployé à l'usage de ses salariés certaines briques en mode web de la suite de Microsoft (notamment la messagerie et le calendrier)...

Vers un « LinkedIn at Work » ?


Du côté de Microsoft, le rachat de LinkedIn permet d’ajouter une nouvelle facette à la suite Office, déjà bien fournie. Après les traditionnels traitement de texte (Word), présentations (PowerPoint) ou encore gestion d’emails (Outlook), la multinationale va désormais au-delà des outils de travail et propose tout un réseau professionnel.
C’est également une aubaine pour Dynamics, la suite de CRM de Microsoft qui pourra s’appliquer à de nombreux nouveaux domaines. Les profils professionnels pourront de plus être transversaux, et s’enrichir avec les bonnes données à travers les différentes applications de la suite Office : il sera par exemple possible de voir le parcours ou le réseau de votre interlocuteur sur Skype.

Mais au-delà de cette complémentarité, ce rachat ne vise-t-il pas à faire concurrence à FB@Work ? Facebook at Work peut être considéré comme un vrai danger potentiel pour Yammer - le réseau social d’entreprise de Microsoft - et une version adaptée et améliorée de LinkedIn pourrait donc être une arme intéressante pour contrer l’offensive qui s’annonce.

LinkedIn est après tout le premier réseau que les professionnels utilisent pour rester en contact, en témoigne la base de données des plus de 106 millions de professionnels dans le monde qui y déroulent déjà leur CV et networkent.
Il serait donc logique de faire évoluer ce réseau social vers une version « at Work » car LinkedIn est plus proche du monde du travail que ne l’est Facebook.

Si cette évolution nous paraît toute naturelle, rien n’est encore sûr. Pour l’instant, Microsoft joue la carte de la productivité au bureau, comme il l’a toujours fait, en mettant en avant ses services et les nouvelles expériences que pourront apporter LinkedIn. Un discours qui ne ferme aucune porte sur un éventuel « LinkedIn at Work »… le géant de l’informatique attend-t-il peut-être la sortie de FB@Work pour en savoir un peu plus et s’adapter à son concurrent ?