(Temps de lecture : 3 min)

Selon une étude menée par Steelcase et Ipsos datant de 2015, la France est la championne du désengagement parmi les 17 pays étudiés et présente le plus faible pourcentage (5 %) d’employés engagés. C’est également la France qui affiche le plus faible résultat lorsque l’on demande aux participants si leur environnement de travail leur permet de s’exprimer et de partager leurs idées librement (55 %). Des chiffres qui montrent à quel point il est urgent de prendre en compte les attentes des salariés et de favoriser leur engagement. Et si les outils digitaux étaient la solution ?

L’engagement des salariés est le Saint Graal du manager. À la clé : esprit d’équipe, bien-être au travail, échanges optimisés... mais la hiérarchie peut être intimidante, et l’on est souvent plus à l’aise avec des formes de messages impersonnelles comme les emails, les courriers internes ou encore les mémos. L’arrivée du digital a sans doute accentué ce fossé, en permettant de transmettre des informations à distance en toutes circonstances et à n’importe qui, même à son voisin de bureau, sans avoir à lui adresser la parole. Mais la technologie peut aussi être la solution : la mise en place d’outils digitaux peut avoir de nombreux effets bénéfiques sur l’engagement des collaborateurs.

Le bien-être au travail : un moteur de croissance


Bon sens et études mènent à la même conclusion : un salarié heureux est un salarié qui travaille mieux. D’après une enquête menée par l’Université de Warwick, au Royaume-Uni, un salarié qui se sent bien dans son entreprise est 10 à 12 % plus productif. Mais ce n’est malheureusement pas notre fort : seuls 65 % des Français se disent heureux d’aller travailler, et c’est à nouveau le résultat le plus faible de l’étude de Steelcase et Ipsos. En cause : un manque de communication entre salariés et direction, des employés qui ont l'impression de ne pas être écoutés, un environnement de travail stressant ou bruyant… Seuls 48 % d’entre eux se sentent libres de partager des projets et des réalisations, et ce sont seulement 52 % des sondés qui éprouvent un sentiment d’appartenance à l’entreprise. Un manque à gagner économique, mais surtout humain.

Les outils digitaux au service de l’engagement



  • Communication


Plateformes collaboratives et sociales d’entreprise, engagement softwares, plateformes de partage ou de gestion… Tous ces nouveaux outils placent le salarié au cœur de leur solution. Certains promettent d’analyser leur humeur, comme Zest, ou de collecter leurs feedbacks et de mesurer leur satisfaction comme Office Vibe. Tous ces outils ont un point commun : ils laissent la parole aux salariés. Chacun peut partager ses impressions, ses difficultés et ses idées pour améliorer les choses. Cela crée une communication transversale et optimisée, qui n’est plus bridée par la hiérarchie ou la timidité. Cette liberté permet de désamorcer rapidement une situation inconfortable, d’améliorer sans cesse les conditions de travail et de faire en sorte que les collaborateurs se sentent écoutés.

  • Gamification


La plupart de ces plateformes jouent de plus sur le côté ludique pour booster l’engagement. La gamification est une tendance à ne pas négliger, et les développeurs l’ont bien compris. Des sociétés comme U Pro, Bunchball ou encore IBM Connections et ses badges Kudos font le pari de la gamification en basant l’expérience utilisateur sur des systèmes de points, de niveaux et de récompenses. Et même lorsque le jeu n’est pas au cœur de la plateforme, elle reste pensée pour que son utilisation soit divertissante et intuitive. Tout est fait pour que l’engagement soit un acte naturel et amusant, que l’on a envie de réitérer.

  • Collaboration


Enfin, les outils digitaux sont collaboratifs par nature. La plupart des plateformes se sont donné pour mission de simplifier le partage d’informations et le travail d’équipe. Avec un système de « channels » ou de groupes de conversation, un service comme Slack permet de mieux organiser les échanges entre collaborateurs. D’autres comme Trello agencent et assurent facilement le suivi des tâches à accomplir. D’une manière générale, la majorité de plateformes collaboratives et sociales d’entreprise incluent une fonction « partage » où chacun peut participer et ajouter son contenu.

L’engagement n’est pas seulement vecteur de performance : c’est le signe d’une meilleure ambiance, d’une équipe soudée, d’un sentiment d’appartenance à une communauté et de bien-être sur le lieu de travail. Et il n’y a aucune raison de se priver de tels bénéfices : ces outils sont pensés pour pouvoir être utilisés par les experts comme par les néophytes – leur installation et leur prise en main sont donc simples et rapides.